L'Empire d'Aderigan

En Aderigan, chaque homme est libre... Au détriment des autres.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Ven 4 Jan - 18:50

Grand et vaste, le manoir est d'une beauté incomparable. Son immense terrain est ceinturé par une clôture faite de fer au bout pointu. Tous les cinq mètres environs sont postés deux vigies en plus des quatre hommes qui gardent en permanence chacune des tours aux coins (quatre par tour). Véritable forteresse, le manoir possède également un mécanisme de protection magique. Des torches éclairent les portes et la route qui mène aux escaliers en plus des feux qui brûlent à la nuit tombée au coin de la résidence. Imposant, le manoir fait déjà peur au départ, les systèmes de protection ne font que totalement découragés les potentiels voleurs. Et même s'ils réussissaient à entrer, il faudrait contourner les dix gardiens qui circulent à l'intérieur. Pourquoi autant de prudence? Parce que le très influent Ederick y vit, avec sa jeune épouse Megara. Épouse qu'il garde d'ailleurs comme un oiseau en cage...


Megara était secouée par le ballotement du carrosse sur la longue allée qui le menait tout droit vers les portes du manoir. Son voyage avait été long et elle avait plus que hâte de sortir de cette maudite diligence. Heureusement qu'ils s'étaient arrêtés quelques instants au village afin qu'elle se dégourdisse les jambes et prenne l'air sinon elle serait devenue folle. La jeune fille inspira profondément. Elle retournait en enfers après trois mois passés chez ses parents afin d'oublier l'enfant qu'elle avait perdu. Les circonstances de la mort de son fœtus étaient encore nébuleuses pour tous. Un secret était gardé entre les murs du manoir et n'en sortirait probablement jamais. Megara sentie une boule se former dans sa gorge, mais elle se força à la détente. Cela ne servait plus à rien de pleurer. Aucune larme ne lui ramènerait ce bébé qui n'avait pas pu vivre. Avec un pincement au coeur, elle observa le manoir. Il était toujours identique. De même pour le jardin impeccablement entretenu. Les clôtures et les gardes lui paraissaient toujours autant comme une prison et ses geôliers. Les grandes fenêtres du manoir étaient propres et sombres, comme lorsqu'elle était partie. Il lui parut pendant un moment que le temps s'était figé quand elle avait quitté, que même la poussière était demeurée en suspend pendant ce temps, et que maintenant qu'elle était de retour, rien n'avait changé. C'est avec appréhension qu'elle sentie le carrosse stopper sa course au pied du grand escalier. Les trois servantes de la maison et le valet dévalèrent les marches et se jetèrent sur ses valises comme des chiens affamés sur un morceau de viande bien fraîche. Le chaperon descendit de l'arrière de la diligence et ouvrit la porte et prit sa main afin de l'aider à mettre pied à terre. Elle le remercia d'un signe de tête et leva les yeux vers la porte. Megara était mitigée entre l'envie d'y voir son mari et de ne pas l'apercevoir. S'il était là, ce serait la preuve que, s'il n'avait aucun amour pour elle, il tentait tout de même d'agir comme un mari normal. S'il n'y était pas, cela lui permettrait de se détendre et de se familiariser de nouveau avec le manoir avant d'avoir droit à une confrontation. La jeune fille attendit un moment. Ederick ne se présenta pas à la porte. Megara entreprit alors de monter les marches prudemment.

Quand son pied se posa sur la dernière marche, elle entendit le cliquetis caractéristique d'une porte que l'on ouvre. Elle leva les yeux et vit son mari en compagnie d'une nouvelle servante. Blonde, jeune, mais téméraire, la domestique la regardait droit dans les yeux avec un petit sourire victorieux. Megara dégagea son regard de l'effrontée et le tourna vers son époux qui la fixait avec calme et austérité. Il lui dit que la jeune fille derrière lui était la nouvelle servante... Les domestiques passèrent à côté d'elle et entrèrent, bousculant la nouvelle qui s'éclipsa avec eux. Ederick ferma la porte derrière lui. Sentant la colère la submerger, Megara ne put s'empêcher de dire avec froideur :


- Votre nouvelle servante, ou votre nouvelle maîtresse?

Ederick fit un pas vers elle et la gifla. La douleur cuisante brûla sa joue qui devint rouge instantanément. Le goût amer du sang lui fit regretter ses paroles. Il la prit par les bras et la poussa contre le mur. La pierre irrégulière la blessa dans le dos et lui fit perdre le souffle. Megara se sentie petite et parut se recroqueviller sur elle-même tandis que son mari la dominait de toute sa grandeur.


- Tiens ta langue empoisonnée, sotte! Et puis, ne devais-tu pas me prévenir de ton retour? demanda-t-il en saisissant son poignet pour le serrer.

La douleur fit monter les larmes aux yeux de la jeune fille. Ses genoux se mirent à fléchirent.


- Pitié, souffla-t-elle la voix tremblante. Je vous ai envoyé une lettre de chez mes parents...
- Menteuse! hurla-t-il. Hors de ma vue, petite garce...

Il la poussa vers la porte. Megara entra dans le manoir et fonça tout droit vers le salon de thé où elle avait toujours eu l'habitude de se réfugier. Elle verrouilla la porte derrière elle et tenta de se calmer, mais les sanglots se mirent à la secouer sans qu'elle puisse y faire quoique ce fut. Pendant de longues minutes, elle déversa tout son chagrin. Puis quand elle commença à s'apaiser, elle appela une servante qui vint allumer le feu. Elle ferma à clé la porte derrière la domestique quand celle-ci quitta la pièce. Megara alla s'asseoir au bureau et ouvrit le premier tiroir. Elle en sortie un parchemin et un bout de fusain. Elle se mit à dessiner en des gestes gracieux et lents. Ce n'est qu'au bout d'une heure que son croquis fut terminé. Elle le regarda et le trouva satisfaisant. Megara avait toujours eu ce talent pour le dessin. Elle effleura le visage qu'elle s'était appliqué à reproduire dans ses moindes détails. Il était si réaliste... Le visage de ce mystérieux barde ne la quitterait plus désormais. Elle sortie une plume et de l'encre. Elle se leva et alla chercher un livre sur une tablette. C'était son journal personnel dont son mari ignorait encore l'existence. Elle se mit à écrire brièvement son séjour chez ses parents. Puis, elle décrivit longuement sa brève "rencontre" avec le barde dans le village. Elle rédigea avec passion combien cet aperçu l'avait laissé sur sa faim et combien il était frustrant qu'elle n'ait pas pu lui parler. Elle acheva d'écrire. Megara se mit à se relire quand quelqu'un frappa à la porte. Elle se leva et alla l'ouvrir lentement. Ederick avança dans la pièce.

-
Que faisais-tu?
- Je... j'écrivais.
- Tu écrivais quoi?
- Une lettre pour mes parents. Pour leur dire que je suis arrivée.
- Tu les préviens de ton arrivée ici, mais tu ne me dis rien à moi pour dire que tu arrives! Pff! Je peux jeter un coup d'oeil?
- Non! Non... il y a encore beaucoup de fautes et tout est gribouillé.

Ederick la poussa sur le côté et s'approcha du bureau. Il prit le journal dans ses mains et se mit à lire. Son expression devenait de plus en plus furieuse. Finalement, il referma le livre et le glissa sous son bras.

- Tu as un amant, petite garce?
- Non! s'écria-t-elle, scandalisée.
- Cesse de mentir! hurla-t-il.

Il la saisit par le poignet et approcha son visage à quelques centimètres du sien. Ederick resserra sa prise avant de la repousser sur le sol. Il s'approcha à nouveau du bureau et lança l'encrier contre un mur. Il aperçut alors le dessin.


- C'est lui? demanda-t-il furieux.

Elle fit silencieusement non de la tête, mais il n'y crut pas. Il la saisit par la nuque et l'entraîna vers leur chambre. Il la poussa sur le lit défait et verrouilla la porte de l'extérieur. Megara se jeta sur la porte pour l'ouvrir, mais n'y parvint pas. Elle se retourna vers la fenêtre, mais elle était affublée de barreaux. Rageant, elle s'assit sur le sol et se mit à sangloter. Ederick fit venir le valet et lui montra le dessin.

- Trouve-le et ramène-le ici.

Le domestique acquiesça et repartie. Ederick prit le chemin d'un salon pour y lire le journal de son épouse. Dans la chambre, Megara chercha quelque chose pour s'occuper et trouva, par hasard, la lettre qu,elle lui avait écrite pour le prévenir, chiffonnée dans la corbeille. Elle rampa à moitié jusqu'au lit où elle s'étendit. L'odeur d'une étrangère parfumait les draps. Megara fondit en larmes amères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Dim 6 Jan - 21:48

[désolée pour le double-poste, mais c'est nécessaire]

Le valent descendit de la diligence et attendit que le barde le suive. Il se mit à monter la volée de marche qui le séparait des grandes portes doubles. Un domestique leur ouvrit la porte et il guida l'invité à travers les couloirs. Dans le lointain, une voix cristalline chantait un air mélodieux et mélancolique. Mais peu importe qu'ils se déplacent, ils ne semblait ni s'approcher ni s'éloigner de la source de la musique. Pour tout explication, le valet lança :

- On dirait que dame Megara est dans sa chambre...

Il mena le barde dans un beau salon. Aussitôt qu'ils entrèrent, la musique cessa. Le valet lui indiqua un siège et lui servit un doigt de cognac.

- Attendez ici, sire Ederick viendra dans un instant.

Le valet s'inclina et quitta la pièce au décor luxueux, mais sobre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Dim 6 Jan - 22:57

Assis dans son fauteuil, Clawfinger contemplait la décoration de la piece, en dégustant le cognac que le valet lui avait servit.
Le barde éprouvait en rentrant une sensation de mal à l'aise. Tout d'abord le valet, même avec son atitude courtoise, il avait comme l'impression que quelque chose lui échapait.
Puis ensuite la tache de sang. L'histoire que le valet lui avait raconté ne fit que renforcer cette sensation.
Enfin le visage de cette femme qu'il avait vu par la fenêtre: si beau, jeune, aux trait d'une incroyable harmonie, mais dont la mélancolie emu le barde, et pourtant il n'était pas du genre à exacerber ses sentiments.

Reste au aguets, se dit le barde interieurement.

Le cognac était délicieux, le barde le dégustait lentement, en connaisseur mais guardais cependant un oeil rivé à la porte d'entrée du salon.

Le barde réflechissait:
« Qu'es que cet homme peut-il bien vouloir de moi? Une penssée lui parcourue l'esprit. Un homme invitant chez lui un barde sous pretexte que sa femme avait été émue par une chansson de ce dernier ne serait pas un peu louche? Ne pensse-t-il pas que nous somme amants et qu'il veut regler des comptes? Non se dit Clawfinger, pour se rassurer certainement. C'est juste une invitation courtoise! Que vai-je donc imaginer... »

Entendant des bruit de pas, le barde se leva afin de saluer l'homme qui l'avait convoqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Lun 7 Jan - 3:32

Mais ce ne fut pas un homme qui entra, mais la délicate jeune fille qu'il avait vu à la fenêtre. La jeune fille s'approcha, l'air inquiet. Une tristesse intense blessait son regard. Megara s'empressa de s'approcher. Elle portait une robe blanche et bleu pâle qui lui saillait magnifiquement et ses cheveux étaients ornés de perles et de fleurs. Visiblement, on la bichonnait beaucoup. Son regard se remplit de larmes.

- Partez, murmura-t-elle en prenant doucement ses mains dans les siennes qui étaient douces comme la soie. Je vous en prie, vous devez quitter cet endroit avant d'y être prisonnier comme je le suis... Partez avant que...
- Que quoi, ma douce?

Megara se figea. Son regard devint affolé et elle se tendit. Derrière elle, Ederick avait fait une entrée silencieuse. Il s'approcha lentement de sa femme et écarta les cheveux de son cou. Il y déposa un baiser qui pétrifia davantage son épouse. La jeune fille se retourna et le repoussa, reculant d'un pas, et heurtant doucement Clawfinger. La jouvencelle releva son regard vers le barde. Dans son regard on pouvait presque lire : "Je suis navrée". Ederick tendit la main vers elle. Megara hésita et alla la prendre avec douceur. Leur main se serrèrent doucement. La jeune épouse fixait le barde droit dans les yeux puis le détaillait de nouveau, avant de revenir dans son regard. Finalement le bourgeois l'invita à se rassoir. Il prit lui aussi place dans un fauteuil, à côté de sa femme. Ederick commença d'un air détendu :

- Vous êtes barde à ce que j'ai pu comprendre? Vos chants ont beaucoup émus mon épouse : lady Megara. Aussi, j'ai cru qu'il serait bon de vous rencontrez. C'est que depuis la perte de notre enfant, ma femme s'ennuit beaucoup.

Le visage de Megara se renferma puis s'éclaircit momentanément.

- J'ai cru que... peut-être vous auriez voulu entrer à son service? Je veux dire, la distraire. Cela égayerait sans doute la maisonnée de revoir mon épouse Megara sourire de nouveau.

La jeune fille écarquilla les yeux. Ce n'était pas dans le genre d'Ederick de faire ce genre de propositions, et encore moins de se soucier d'elle ou de la maisonnée. Tout ce qui comptait pour Ederick était Ederick et rien d'autre. Megara tapota le bras de son mari et lui dit avec une voix empreinte de tendresse feinte :

- Oh! Amour! Si je m'ennuies, c'est que votre compagnie se fait si rare. Vous êtes toujours avec... d'autre.

Le regard du mari s'obscurcit.

- Est-ce un reproche que tu sous-entends là?
- Si la faute vous va, prenez-la comme fardeau, répondit-elle avec tact.

La frustration d'Ederick fut apparente un court instant, suite à quoi il poursuivit d'un ton mielleux :

- Soit raisonnable, ma toute belle. Tu ne fais rien de tes journées qu'écrire et errer dans le manoir. Ce n'est pas une vie pour une jeune fille de ton âge.

Cela rappelait à Megara que son époux avait quinze ans de plus qu'elle... alors qu'elle n'en avait que dix-sept, il avait déjà atteint l'âge de trente-deux ans. Elle n'avait pas d'arguments. Elle se tut donc et acquiesça lentement.

- Bien! Alors, il ne reste plus que votre réponse, monsieur...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Lun 7 Jan - 15:02

Les sentiments qui parcourait le barde étaient indéscriptibles. Au fur et à mesure que le temps passait, une tension croissante se faisait ressentir.
Elle était prisonniere de son mari. Comment cet homme qui aurait presque l'age d'être le père de sa femme peut il la tenir prisoniere? Au nom de quel droit se permet-il de sequestrer une si ravissante créature?
La douceur des main de Megara avait marqué le barde. C'était comme si par ce contact il avait pu ressentir toute la tristesse de cette femme.
Une haine grandissait dans le coeur de Clawfinger envers le sire. Cependant il n'en fit rien paraître.
Que faire? Le barde savait que ses talents d'assassin lui permeterai de tuer cet homme sans trop de difficultés. Enfin c'est ce qu'il penssait. En faisant cela, il libererait cette femme de l'emprise de son mari. Mais désirait elle réellement cela? Puis en commetant un tel acte il ne serait plus un barde délicat mais un assassin sanguinaire au yeux de Megara. Peut etre cela vallait la peine, rien que pour la délivrer de ce barde.
Mais peut-etre était elle dépendante de son époux. Peut etre...
Le barde ne savait plus quoi pensser. Devait-il agir? Peut etre qu'il pourrait s'enfuir avec elle, trouvant quelque chose pour éloigner le sire. Non, il nous poursuivrait sans relache se dit le barde.
Il pouvait aussi s'enfuir, décliner l'offre de cet homme, et oublier Megara pour toujours: c'était ce que lui dictait son esprit, il ne voulait plus etre l'assassin Clawfinger. Il voulait redevenir l'homme qui se cachait derriere ce pseudonyme: Vigo. Cependant son coeur lui dictait l'exact contraire: jamais il ne pourait oublier ce visage, ces main si douce, cet air mélancolique.
Il devait tenter quelque chose, gagner du temps.

-Bien! Alors, il ne reste plus que votre réponse, monsieur...?

-C'est avec un grand plaisir que j'accepte votre offre monsieur, mais permetez moi cepandant d'émetre une modeste condition: pourai-je m'entretenir seul avec votre femme pendant un très bref instant? Je suis interessé de savoir... par quels genre de chanssons elle désirerait que je la divertisse.


Clawfinger se mordit la langue. Cela ne marchera jamais. Son excuse pour lui parler seul a seul était vraiment mal trouvée. A ce moment précis, tout ce qu'il avait apris en tant que tueur s'éfondrait d'un seul coup: il perdait son calme. Son coeur devenait fou et battait la chamade.


[Désolé s'il y a quelques fautes, mon correcteur orthographique fait des siennes...]


Dernière édition par le Mer 9 Jan - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Lun 7 Jan - 17:21

Ederick plissa les yeux. Il serra la main de son épouse à lui en broyer les os. Megara ferma les paupières pour mieux supporter toute cette douleur. Il se força à sourire avant de répondre :

- Vous pourrez discuter pendant qu'elle vous montrera vos nouveaux appartements...

Il relâcha la main sa femme qui se remit à respirer et rouvrit des yeux suppliants vers le barde, comme si elle le conjurait de ne plus faire de telle demande. Ederick se leva, serra brièvement sa main du barde et se tourna vers Megara pour lui lancer :


- N'oublie pas que les murs ont des oreilles, Megara.

Elle baissa légèrement la tête et l'homme sortie en silence de la pièce. La jeune fille tourna la tête vers la porte et demeura immobile et silencieuse un long moment. Ses doigts étaient crispés sur les bras du fauteuil. Finalement, elle se leva gracieusement et, d'un pas léger, elle s'approcha du barde. Elle le regarda droit dans les yeux. Les siens étaient embués de larmes. Elle le gifla de toute ses forces.

- C'est pour votre sottise, murmura-t-elle d'une voix tremblante.

Elle posa sa main fraîche sur la joue qu'elle venait de frapper.


- Pardonnez-moi... Je ne supporterai pas qu'il vous fasse prisonnier de ce manoir comme il l'a fait en m'épousant et en me prometant tant de belles choses.


Elle eût un sourire amer. Megara laissa retomber son bras contre son flanc. Un soupir souleva sa poitrine.

- Et maintenant c'est à l'oreille d'autres femmes qu'il murmure ces mêmes promesses. Venez... Je vais vous montrez vos appartements...

Elle esquissa un geste pour se retourner et se diriger vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 18:21

Megara sortit du salon. Clawfinger la suivit de prés. Une fois sortit il parcouru rapidement la pièce des yeux. Personne. Il s'approcha doucement de Megara et lui chuchota ces mots:

-Je suis peut-être un sot, madame, mais votre mari est un monstre.

Il marqua une pose.

-Je ne puis tolérer ce qu'il vous fait subir, et s'il agit de la même façon avec d'autres femmes, ce n'est que plus horrible. Il mériterait la mort . Au risque de vous décevoir, je ne suis pas seulement barde mais aussi assassin, et je pourrait tuer cet homme à tout moment. Seulement, la seule idée de vous disconvenir m'est insupportable. Alors je vous donne le choix: soit je part immédiatement, et... plus jamais je ne viendrais vous importuner. Je disparaîtrai. Le barde baissa la tête. Il serait les dent: ou bien je fait payer à cet homme...

Il était inquiet, il se rappelait des paroles d' Ederick « N'oublie pas que les murs ont des oreilles » Il restait aux aguets.

Il était habillé en civil ce jour ci. Vêtu d'un ensemble noir plutôt élégant et d'une veste mi-longue. Clawfinger palpa sa veste du coté de sa hanche droite, une légère bosse se trouvait a cet endroit. Dans la doublure était caché l'objet les plus cher aux yeux de Cawfinger: un couteau repliable, magnifiquement ouvragé. Le manche de l'arme était en nacre et en ivoire, dévoilant un dragon en relief, dont les yeux était deux minuscules rubis. Il avait été forgé dans un royaume lointain, par un des meilleurs forgeron du monde. Il ne l'utilisait que dans des occasions exceptionnelles, et préférait tuer de ses propres mains. En plus d'être une arme redoutable, qui malgré sa petite taille (environ sept pouces une foi déplié) c'était un bijou d'une grande valeur, autant monétaire que sentimentale pour le barde.

Pour compter l'histoire de ce couteau, il faut revenir vingt deux ans en arrière. A l'époque, le père de Clawfinger, Andro Théodaïctus, était partit faire la guerre dans les environs de Serigana, un empire lointain.
L'unité qu'il dirigeait fut massacrée, il fut emmené comme prisonnier avec très peu de ses hommes.
Dans les geôles de la cité de Serigana, il fit la rencontre de fille du prince de ce royaume: Adena Teloïc. Et on ne sait par quelle magie, elle tomba éperdument amoureuse du prisonnier et l'aida à s'évader, lui évitant ainsi la peine de mort. L'année qui suivit fut calme et heureuse pour les deux amants. Adena mis au monde Vigo, alias clawfinger. Ils fuyait les autorités mais n'eurent jamais d'ennuis. Malheureusement au terme de cet année, les amants furent rattrapés. Voyant arriver la cavalerie, Adena ordona à Andro de fuir avec leur enfant. Elle sortit un couteau, à la lame de nacre et d'ivoire, arme traditionnelle de la famille Téloïc. Elle se coupa une petite meche de ses longs cheuveux et la logea dans une petite cavité sur le manche du couteau, dans la gueule du dragon et la referma.
Andro s'enfuit malgré lui, sa bien aimé savait que seule elle pouvait faire diversion sans se faire tuer immédiatement, et ainsi sauver son enfant et son amant.
Bien plus tard, quand le barde n'avait que quatorze ans, son pere, rentré en Aderigan, lui raconta cette histoire, et lui légua cet arme, alors qu'il mourait de la tuberculose.

Clawfinger avait la main sur sa veste et pouvait s'emparer en une fraction de seconde de cet arme qui était à la foi l'héritage de son père et la seule trace de sa mère. Quand des sentiments sont en jeu se dit le barde intérieurement, il faut employer les grand moyens.

-Je n'attend que votre décision dit-il d'une voix calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 18:50

Megara sentie dans cet ultimatum un déchirement qui lui fit mal au coeur. Elle posa une main à la base de sa gorge, regarda le sol. Puis elle posa ses doigts délicats sur ses lèvres avant de relever les yeux. Elle prit l'une de ses mains et elle l'entraîna vers un endroit, au fond du couloir. La jeune fille effleura le mur du bout des doigts puis chantonna tout bas :

- Ils marchèrent dix milles vers le nord
Puis campèrent quatre milles à l'est
Mais pendant que le régiment dort
Leur commandant par deux milles à l'ouest..


Elle bougeait sa main sur les pierres. Elle appuya doucement sur celle où elle s'était arrêtée et celle-ci s'enfonça. Un passage s'ouvrit dans un silence étonnant. Megara relâcha sa main et alla prendre une torche. Elle lui jeta un regard :

- Suivez-moi...


Elle descendit lentement les escaliers en colimaçon, relevant ses jupes pour ne pas tomber. Le mur se referma derrière eux. La jeune fille se mit à chantonner une chanson qui se répercuta sur les murs, créant un écho. Quand elle arriva enfin en bas, elle se retourna vers le barde.

- Ici, nul ne nous écoutera....

Elle eût un petit sourire timide. Megara accrocha la torche à un socle.

- Ederick et moi sommes mariés depuis maintenant trois ans. J'avais quatorze ans quand mes parents lui donnèrent ma main. Ils étaient obsédés par la perfection, et j'ai eu droit à des sermons ma vie durant dû à un mauvais pli dans la robe, une mèche de travers ou, comme le disait si bien ma mère, ma langue de vipère. Car j'avais un certain caractère. Mais je me suis assagie. C'est pour le mieux dans cette maison... sinon mon époux m'aurait égorgé volontier dans mon sommeil. Or, nous ne dormons plus ensemble depuis qu'il a tué notre enfant. Indirectement, mais tout de même. Je portais en moi depuis cinq mois un petit être.

Elle posa doucement la main sur son ventre vide
.

- Un fils qu'il a tué en me poussant au bas de l'escalier parce que je l'ai surpris avec une de ses maîtresses. Par ailleurs, il a engagé une nouvelle servante. Une distraction de plus... mais cette petite effrontée m'échauffe le sang.


Megara fut un geste vague de la main, comme pour chasser cette conversation.

- Enfin! Il n'était pas question de cela....

La jeune bourgeoise s'approcha de lui et effleura doucement sa joue, la blessure dans son regard semblait saigner en abondance. Évoquer la mort de son enfant était toujours difficile.

- Je... je ne peux pas quitter cet endroit sans mourir. Quant à assassiner mon mari, ce serait comme poser la tête sur le billot et attendre d'être décapités.

Megara soupira et s'approcha lentement de lui, le froissement de sa robe perçant le silence feutré.

- J'ai eu le malheur de croire, il y a deux ans, que je pourrais cacher une idylle à Ederick. Nous ne faisions, il me tenait compagnie tout simplement. Il n'a fallu qu'un seul baiser pour que mon mari ne le fasse tuer. Oh, je vous en conjure...

Sa main caressa tendrement sa joue et prit son menton entre ses doigts :

- Partez. Vivez.... oubliez jusqu'à mon nom, et mon visage. Oubliez même qu'un jour vous êtes venu ici.

Megara s'était mise à pleurer en silence. Elle dit dans un souffle :

- Je ne supporterai pas que quelqu'un d'autre meurt ici... Si vous avez une quelconque estime pour moi, partez et ne vous retournez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 19:44

Le barde était terriblement ému par ce qu'il venait d'entendre.

-Si tel est votre choix...


Ses yeux étaient humides. Il s'avança très légèrement vers elle. Il hésita. Il regardait Megara droit dans les yeux avec un air triste. Il ressentait son désarroi. Il posa délicatement une main sur la hanche de la femme, et l'embrassa. Il aurait aimé s'en empêcher mais les forces qui le poussait à agir le dépassait totalement.

Il fit un pas en arrière. De sa veste, il sortit un couteau au manche de nacre et d'ivoire.
Il versa une larme.

-Je tient a vous donner ceci. J'ai connu beaucoup de femme dans ma vie. Mais jamais... je n'ai éprouvé quelque chose pour aucune d'elle, si belles soient elle. Mais vous...
Excuser moi je suis un sot...
Mais sachez, que cette arme est mon bien le plus précieux, je parle la d'un point de vue sentimental. Je ne peu ni le vendre, ni l'utiliser couramment. Promettez moi que vous veillerez dessus, que vous le cacherez de votre mari.


Il se tut.

-Je vais m'enfuir. Vous direz à votre mari que j'ai prit peur et que je me suis donc échappé sans prendre la peine de lui dire au revoir, ou quelque chose dans le style.

Clawfinger prit la main de Megara. Il eu un sourire gêné et tourna le dos a la jeune femme.
Il s'apprêtait a emprunter l'escalier en colimaçon puis se retourna.

-Adieu Megara.

Clawfinger emprunta l'escalier. Longea le couloir à pas de loup et se retrouva dans le hall.
Il n'y avait pas âme qui vive.
Il sortirait par la grand porte, par chance, les guardes semblaient ne pas etres présent a cet endroit.
Il ouvrit le loquet de la porte et sortit.

Une fois dehors, il eu un dernier regard vers le manoir. Il soupira, et s'en alla, les yeux dans le vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 20:04

Megara sentie une vague de chaleur la submerger au contact de ses lèvres. Elle dut détourner les yeux pour ne pas montrer son trouble. Elle prit délicatement le cadeau entre ses doigts et l'examina du mieux qu'une néophyte dans le domaine le pouvait. Elle appréciait la beauté de la chose... La jeune fille le serra contre son coeur battant.

- Je le jure, murmura-t-elle, sur ma vie...

Megara le regarda partir. Elle ne connaissait pas même son nom. Les larmes se mirent à couler de façon incontrôlable. Des sanglots se mirent à secouer son corps trop frêle pour supporter toute la tyrannie de cette vie. Au bout de longues minutes, elle monta au rez-de-chaussée. Elle replaça la torche et en se retournant, elle vit Ederick qui l'observait, les bras croisés.

- Je l'ai vu partir. Il t'a abandonné, n'est-ce pas?

Megara s'avança vers lui. La voix tremblante de rage et de chagrin, elle lui dit sèchement :

- Laissez-moi tranquille...


Il la saisit par la gorge et la plaqua contre le mur. À quelques centimètres de son visage, il gronda entre ses dents :

- N'oublie jamais que tu es mienne, Megara. Et seulement mienne...

Il la relâcha et Megara détala. Elle s'enferma dans leur chambre jusqu'à la tombée du jour. Elle avait observé pendant tout ce temps le présent du barde, assise à la fenêtre. Quand la lune se leva, elle sentie un vague la submerger. Elle se leva et alla devant le miroir. Elle dut fermé les yeux. Elle déposa lentement le couteau sur la vanité et saisit la chaise qu'elle lança contre la fenêtre. Celle-ci éclata et les barreaux tombèrent. Megara se retourna et vit son reflet dans le miroir. Son poing alla percuté la surface. Les éclats coupèrent ses phalanges et le dessus de sa main. La douleur était violente. Elle prit le cadeau du barde et le cacha dans sa manche. Megara sortie lentement de sa chambre et prit la direction du jardin devant le manoir. Elle s'assit près des roses. Elle caressait délicatement leur pétale... Des larmes se remirent à rouler sur ses joues. Le visage du barde la hantait. Sa seule consolation résidait dans le fait qu'il ne mourait pas par sa faute ni celle de son mari. La jeune fille réalisa alors réellement que plus jamais elle ne le verrait. Megara se coucha parmi les fleurs. Elle prit doucement la lame confiée par le barde. Lentement, elle ouvrit son avant-bras sur le long. Le sang se mit à couler à flot, promesse d'une mort lente. Elle cacha la lame dans les fleurs... espérant que personne en la trouverait. Avant de sombrer dans l'inconscience, elle eût pour dernière pensée, le visage du barde.

Les gardes la trouvèrent une demie-heure après environs. Elle était pâle comme la mort. L'un d'eux se mit à hurler des ordres pour aller chercher Ederick et qu'on fasse prévenir un médecin. Puis il chercha quelque chose de lisse et de brillant pour voir s'il y avait encore un souffle. Après un moment, il s'écria :

- Dame Megara est morte!

On entendit d'autres lui faire écho, pour porter le message :

- Megara est morte! Megara est morte!

Le garde la prit délicatement dans ses bras, un pincement au coeur. Il porta la jeune fille jusqu'au manoir. Du sang coulait toujours faiblement de ses avant-bras, mais rien comparer à la marre dans laquelle elle baignait quand ils l'avaient trouvé. Megara fut mise dans une chambre isolée. On fit tout de même venir un prêtre qui ressortie après quelques heures. Il était pâle et bouleversé. Il ne cessait de dire, sous le choc : "La pauvre, la pauvre petite créature... oh... la pauvre!"

Le lendemain matin, à la crié, on annonça son suicide, mais nul ne savait où elle serait mise en terre ni quand. On ignorait ce qui l'avait poussé à un tel geste, mais on s'avait qu'elle était ouvert les veines avec un objet que l'on avait pas encore retrouvé.

Pendant ce temps, Megara se rétablissait dans une des pièces dans le sous-sol... au plus profond du couloir. Son mari avait décidé de la prétendre morte, ainsi, il pourrait la posséder à lui seul. Personne ne penserait jamais aller la chercher là. Une servante lui apportait des soins et de la nourriture une fois par jour. Considérablement afffaiblie, Megara refusait de manger, ne songeant qu'au barde qu'elle avait conjuré de s'enfuir et au couteau qu'elle avait laissé dehors. Elle aurait donné n'importe quoi pour récupérer l'objet si cher à son coeur. Le prêtre vint lui rendre visite ce jour-là. Elle le supplia d'aller le chercher, chose qu'il fit en toute discrétion. Il le lui apporta. Megara le remercia avant de s'endormir profondément, tenant l'objet si précieux dans sa main sous l'oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 22:01

[je suis désolé de poster cela ici dans ses deux parties, mais je trouvait cela mieux pour la lecture afin que la suite se retrouve à cet endroit. De toute façon, ce texte commence sur la place publique et finit dans les habitat, enfin un petit mot des admins et je change cela tout de suite!]

Un homme en noir errait comme une âme en peine sur la place publique. Il repensait a cette femme... si belle. Il l'avait abandonné. Il n'avait plus aucune envie, pas même de vivre.
Il regarda le ciel, quelques gouttes de pluie se mirent a tomber, puis se fut l'averse. Il laissa l'eau inonder son visage, se mêlant avec ses larmes. La nuit approchait, et c'était bientôt l'heure de la criée du soir. Un homme s'avança, essayant de se protéger de la pluie avec une capuche dérisoire, face a ce déluge torrentiel. Il monta sur l'estrade et sortit un petit parchemin, contenant les nouvelles de la criée.
Les paroles prononcées par l'homme n'atteignait même pas le barde. Il entendait mais n'écoutait pas. Mais soudain, une dés paroles reteint son attention:

-Le Sire Ederick a l'extrême regret de vous annoncer la mort de son épouse, Megara Sangderonce.

Les funérailles resteront privées, selon les désirs de monsieur Ederick...
Clawfinger réagit au quart de tour. Il se jeta sur le crieur:

-Tu ment! Tu ment! Tu n'est qu'un sale menteur! Hurlait-il, tout en sanglotant. Il fallut plusieurs personnes pour le séparer du crieur. Il fut lâché loin de la place publique par les gardes, qui était présent.

-Qu'on ne t'y reprenne plus, ou tu pourra t'amuser à attaquer des rats dans un cachot.

Le barde était à genoux parterre, il pleurait, le visage ensanglanté par le coup qu'avait donné un des garde pour le calmer.

-C'est ma faute. C'est moi qui a laisser Ederick tuer Megara. LE FUMIER!

Petit a petit, il retrouvait son calme. A présent son seul objectif était d' anéantir Ederick. Il le haïssait. Peut importe s'il y laissait sa vie en le tuant, de toute façon il ne l'aimait plus, sa vie.
Il se mit en route vers le manoir.

Arrivé prés du portail , il vit deux gardes grelottant de froid, tentant de se protéger de la pluie dans de minuscules loge en bois. L'obscurité faciliterai sa tache.
Il approchait, à pas de loup, dans un angle mort de la vison des gardes. Si les gardes le repérait, il était perdu. Il arriva sur le flanc d'un d'eux, à un mètre à peine. D'un geste agile et rapide, il s'engouffra dans la minuscule loge, et dans le même élans, brisa le cou de l'homme. Le léger craquement fut complètement assourdit par le vacarme de la pluie. Clawfinger s'empara de l'arme du garde. Il s'approcha de l'autre loge, dans une discrétion parfaite et sans même regarder, il donna un coup d'épée , au niveau de la tête, tout en s'arrangeant pour que son corps ne soit pas dans le champ de vision du garde. Le sang se répandit.
L'assassin passa par dessus le portail. Il s'avançait vers la porte et donna un grand coup dedans. Il entendit vaguement des ordres à l'intérieur, puis deux hommes sortirent. Clawfinger se maintenait le dos au mur, attendant que les hommes passent pour leur trancher la tête. Il fit d'une pierre deux coup, et la téte des deux gardes roulait sur le sol. Il rentra d'un pas décidé dans la demeure et cria, en levant ses bras aux ciel, son visage et son épée ensanglantés.

-EDERICK! FILS DE CHIEN! TU EST UN HOMME MORT!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 22:16

Ederick descendit les escaliers en appelant les gardiens. Il était avec une femme à moitié nue qui s'accrochait à lui, craintive. Les domestiques accoururent, alertés par le bruit. La jeune Megara était toujours endormie, au plus profond du sous-sol. Un prêtre se joignit aux domestiques. Il comprit alors les dires confus de la demoiselle. Il leva les mains et dit doucement au barde :

- Megara s'est enlevée la vie, sire. Elle s'est tranchée les veines et s'est vidée de son sang dans les jardins. Elle était à peine en vie quand les gardes l'ont retrouvé. Elle est décédée. Même toute les vengeances du monde ne parviendrait pas à la ramener. Même si le temps cessait, même si tout le monde ici se repentait, cela ne fera pas revenir dame Megara.

Ederick eût un rire sec.


- Escortez-le jusqu'au lieu où son corps est veillé par les prêtres. Prenez la diligence.

Les servantes tremblaient de peur. Megara ouvrit faiblement les yeux. Quelque chose dans son coeur lui disait qu'un évènement important se jouait. Elle ouvrit la bouche pour appeler, mais sa voix mourut avant même de former un mot. Megara sombra dans l'inconscience.

Pendant ce temps, les gardiens avaient tous convergés vers le hall où se tenait le barde. L'un d'eux s'approcha lentement.

- Écoutez, sire. Celle que j'aimais est morte elle aussi. Il ne faut pas laisser la colère vous aveuglez. Megara, Anathor a son âme, était une femme douce. Elle n'aurait pas voulu que vous vengiez sa mort. Je peux vous raccompagner si vous le voulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 23:39

Clawfinger soupira. Il dit d'une voix étonament calme, reguardant Ederick droit dans les yeux:

-Ederick, misérable. Montrez moi que vous etes un homme, je vous défie, en combat singulier. Je vous offre une chance de me tuer dans les règles de l'art, c'est une offre que l'on ne peut pas refuser n'est-ce pas? Allons, ne faites pas votre timide.


Le visage de Clawfinger devenait à présent effrayant. Un sourire parcourait son visage, un sourire diabolique. On aurait dit que des flammes étaient apparues dans ses yeux. Il retira sa veste d'un geste brusque et arracha sa chemise, dévoilant un torse musclé, et laissant apparaître d'étranges signes harmonieusement tatouées sur son bras droit, et se continuant sur ses pectoraux. C'était des signes cabalistiques, des runes, censée le protéger. Il avait acquis ces signes il y a fort longtemps, alors qu'il n'avait que seize ans. C'était dans un autre royaume, celui ou après la mort de son père, il reçut son éducation au combat. Un jour, par orgueil, il défia en duel le fils d'un petit seigneur qui l'avait humilié. Le maître de Clawfinger, considérait ce dernier comme son meilleur élève, et il était persuadé qu'il était impératif qu'il survivre. Car le fils de ce seigneur n'était pas n'importe qui: c'était un des meilleurs épéistes du royaume. Ainsi, craignant la mort de son élève, et ayant abandonné toute tentative de le persuader de renoncer au combat, le maître emmena Clawfinger dans la montagne, dans un temple Cabalistique. Les cabalistes procédèrent à des incantations toute la nuit, Clawfinger, lui était hypnotisé. Une fois réveillé de son sommeil, il possédait sur son corps divers signes, dont les plus important était une tête de mort stylisé et entouré d'un cercle sur son épaule droite ainsi qu'une sorte d'étoile fléché encerclée, sur son coeur.

-Ces signes te garantiront une protection disait son maître.


Clawfinger n'y croyait pas. Il haïssait la magie et refusait de croire que ces runes puisse lui sauver la vie. Cependant, lors du combat qui suivit, Clawfinger fut brillant. D'un geste vif et précis, il trancha la tête de son adversaire, avant que ce dernier n'ait envisagé de parer l'attaque. Cependant, on ne tue pas un fils de seigneur sans représailles. Il fut contraint à l'exil, fuyant la vengeance du père de sa victime. Dans sa fuite permanente, il apprit les métier d'assassin, et parallèlement, celui de barde, mais c'est une autre histoire. Tout cela pour dire que ce combat contre l'épéiste avait été son dernier, jamais depuis il n'avait défié quelqu'un en combat singulier, et à ce moment précis, Clawfinger ne se sentait en rien rouillé.

-J'attends votre réponse Ederick!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Mer 9 Jan - 23:55

Ederick eût un sourire froid, presque cruel. Il repoussa sa maîtresse qui fit une moue boudeuse. Il se retourna vers elle, caressa son visage et posa un baiser sur ses lèvres. Il descendit de quelques marches et jeta un regard au prêtre qui s'inclina, démontrant qu'il était prêt à le guérir s'il arrivait quoique ce soit. Le bourgeois regarda ensuite son valet qui courba l'échine en attendant un ordre de son maître. Celui-ci réfléchit longuement en caressant son menton puis il exigea de son domestique qu'il lui ramène sa rapière ; son arme préféré et avec laquelle il était passé maître. Le valet se précipita dans l'escalier pour se rendre à la salle d'armes. Loin d'être intimidé, Ederick était même amusé. Il savait qu'il vaincrait, et s'il ne le faisait pas... ses gardes se chargeraient de tuer cet impudent qui osait mettre son nez dans ses affaires. Il était loin d'être impressionnée par les tatouages de Clawfingers et par ce qu'il jugeait être de la stupidité de son entêtement. Le valet revint quelques minutes plus tard. Ederick souspesa l'arme par habitude puis lui donna un élan dans les airs avant de l'attraper agilement. Il descendit se qu'il restait des marches et demanda aux gardes de faire un cercle autour d'eux. Ederick éprouva son bras en le réchauffant en donnant des coups dans les airs. Il était vif et rapide. C'était bien loin d'être un débutant et avec sa dizaine d'année de plus que son opposant, il avait sans doute beaucoup plus d'expérience. Il salua comme le voulait les combats de gentlemans et se mit en garde. Il fut le premier à foncer. Le combat débuta réellement. Les gardes s'espassèrent pour leur laisser plus de place. Le prêtre était sur les nerfs.

Megara rouvrit de nouveau les yeux, dans l'obscurité de la chambre. Elle était loin sous-terre, cachée par les deux passages secrets... Elle se souvenait vaguement être entrée dans le premier avec le barde. La jeune fille se releva sur les coudes se demandant où elle se trouvait. Il faisait froid et humide. Elle reconnut l'odeur... l'odeur de l'énorme sous-sol. La bourgeoise ferma les yeux, souhaitant que tout cela ne soit qu'un mauvais cauchemar, mais le contact du présent du barde sur ses doigts lui rompit le coeur. Elle se remit à pleurer jusqu'à ce que la douleur l'emporte et qu'elle sombre de nouveau dans l'inconscience.

Ederick, de son côté, savait que le barde chercherait Megara s'il vaincait. Heureusement, tout le monde avait reçu les mêmes ordres et personnes ne parleraient... même s'il mourait, car ils auraient trop peur. Ils allaient prétendre qu'elle avait été emmenée dans un temple secret. Pendant l'absence du barde pour aller chercher Megara, si jamais cela arrivait, ils avaient pour ordre de déplacer son corps dans un autre endroit secret... Ou, si cela s'avérait impossible ou trop compliqués, l'ensevelir vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clawfinger

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Alignement: Neutre/Chaotique
Race: Humain
Âge: 21

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Jeu 10 Jan - 0:16

Ederick était plus agile que Clawfinger l'avait imaginé. Il évita de justesse la charge de son adversaire mais la rapière d'Ederick éfleura son bras gauche, laissant couler une infime goutte de sang. Cette homme avait de l'expérience, bien plus que lui. Cependant Clawfinger avait un avantage: celui de l'age. Ses articulations étaient intactes, et il demeurait plus rapide que son adversaire. Le barde se baissa et s'apprêta à porter une attaque d'estoc.
Mais la il eu comme un choc. Il percevait comme une présence. C'était indescriptible.
Il s'éloigna, renonçant à son attaque pour gagner une fraction de seconde.

-Megara, murmura-t-il, d'une voix a peine audible. Le temps parut se figer.

Il ne savait plus ce qu'il lui arrivait, jamais cela ne c'était produit dans un combat auparavant. Il reprit ses esprit. Ederick, lui préparait son attaque. Clawfinger décida de tenter le tout pour le tout: la botte secrète que son maître lui avait enseigné. Cette botte, si elle était menée à bien, entraînait la mort: elle ouvrait un trou entre les deux yeux, une zone fragile du crane. Cependant, elle induisait de prendre un énorme risque: mettre son flanc à découvert.
Clawfinger s'élança. Il savait que désormais, le combat ne durerait plus trés longtemps. Les deux épéistes étaient d'un niveau extremement élevé, et bientot, l'un des deux tombera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Sangderonce

avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2007

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: Humaine
Âge: 16 ans

MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   Jeu 10 Jan - 0:26

Ederick reçut le coup, mais son élan entama le flanc. Le bourgeois demeura vivant un court instant, son regard fixe. Il s'écroula sur le dos. Les servantes poussèrent des cris d'effrois en s'enfuyant. Le prêtre s'éclipsa subtilement. Les gardes resserèrent leur cercle autour de Clawfinger. L'un d'eux lança :

- Vous êtes en état d'arrestation pour le meurtre de sire Ederick.

Le prêtre revint rapidement, pâle comme un linge en lançant :

- Vite!

Trois hommes s'approchèrent pour lier les poignets du barde tandis que les lames des autres menaçaient ses points vitaux. Ils entraînèrent l'homme vers l'extérieur où le prêtre creusait la terre avec le valet. La diligence s'avança jusque devant les escaliers. Les gardes le poussèrent à l'intérieur et ils entrèrent six avec lui plus les deux autres suspendus à l'arrière. Ils se mirent à avancer, mais du bout de l'allée on entendit dans le lointain le prêtre qui pestait. Il était penché sur une forme au sol.


- Vas-tu crever, salope! s'écria-t-il.

Mais ses mots n'étaient pas audibles de là où ils étaient. La forme fut traîné dans le trou peu profond et le prêtre se mit à pelleter. Megara, toujours inconsciente était en train d'être ensevelie vivante. Les plaies à ses poignets étaient ouvertes et saignaient encore légèrement malgré tous les bons soins qu'on lui avait donné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le manoir gardé [Envoyez un mp pour l'autorisation]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'immunite des parlementaires
» Comment demonter un manoir pour les nuls
» L'esprit du vieux manoir [ Pour l'équipe Caruso, Rivière et Memories.]
» Un manoir pour une poupée de cire
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire d'Aderigan :: La cité d'Aderoïc :: Les habitats-
Sauter vers: