L'Empire d'Aderigan

En Aderigan, chaque homme est libre... Au détriment des autres.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Radamanth Cliff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Radamanth Cliff

avatar

Masculin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/11/2008

Feuille de personnage
Alignement: Chaotique mauvais
Race: Humaine
Âge: 25

MessageSujet: Radamanth Cliff   Sam 8 Nov - 17:59

Il aurait bêtement suffi d'un mot, d'une simple courbette ou bien d'impassibilité.
Et bien non. Ce garde avait choisi la voie qu'il n'était pas sûr de pouvoir suivre jusqu'au bout ; le défi et l'arrogance de son statut, il songeait peut-être que cela lui conférait le pouvoir de refuser l'entrée à son interlocuteur placide. Ce dernier était en effet assez remarquable dans son habillement, vêtu d'un ample kimono onéreux et richement décoré, et ceint à la taille d'un sabre à lame unique, fièrement enveloppée dans son fourreau d'acier travaillé. Son allure ne s'arrêtait certes pas là, et le garde ne put que dénoter l'élégance avec laquelle l'inconnu avait ramené sa longue chevelure d'ébène derrière ses épaules, maintenue par quelque pince enfouie dans l'ombre. De plus, son port altier et ses traits dessinés avec la précision d'un orfèvre n'étaient pas pour rassurer, d'autant que l'on pouvait déceler chez lui une confiance certaine en ses capacités, et une redoutable neutralité qui amenait à songer qu'il avait dans le thorax un coeur de pierre. Il n'était pas si loin de la vérité, en fait..
L'homme à la figure rubiconde et boursouflée carra les épaules et pointa sa hallebarde en direction de l'éphèbe devant lui, reprenant entre ses lèvres grasses :


- Dites-moi votre nom, étranger, ou les portes resteront fermées !

La sueur perlait sur son front. S'il s'était agi d'un simple commis en haillons, il n'aurait pas autant fait dans les formalités et l'aurait expulsé à grands renforts d'invectives, mais cet homme, devant lui, était tout sauf un vagabond. Il semblait savoir précisément ce qu'il voulait en se rendant près de ces murailles, et avait l'air d'être en parfaite mesure d'obtenir ce qu'il voulait. D'ailleurs, il n'avait esquissé aucun mouvement depuis que la garde l'avait stoppé dans sa marche froide et droite ; il attendait peut-être quelque opportunité de leur régler leur compte.. Ca allait être coton. L'homme armé et un peu nerveux se dirigea alors vers cette silhouette-parangon, et fit mine de vouloir fouiller dans les plis de son habit de soie. Cependant, il semblait avoir omis de regarder les diverses plaques de fer qui parsemaient la tunique, et aurait peut-être eu le temps d'apercevoir la lueur d'un sabre, si un éclat de soleil n'avait pas ébloui ses yeux lorsque les rayons avaient frappé l'armure partielle.
Evidemment, il s'écroula mort, la langue étouffée sous d'immondes gargouillis, le ventre ouvert de part en part par le sabre aiguisé de son ancien interlocuteur. Ce dernier d'ailleurs, n'avait bougé que d'un seul et unique mouvement, tenant toujours de la main gauche l'arme de mort qui égouttait sur le sol les quelques plaques de sang qu'elles avaient cueilli au passage. Puis, indifférent à ce cadavre vautré à ses pieds, il lança un regard frigide à ceux qui accouraient devant le massacre, s'écarta et lava avec précaution son sabre. Puis il le rangea, et pour la première fois depuis l'échange léthal, s'adressa au soldat le plus proche :


- Si vous n'avez d'autres réclamations à me faire, je pense que l'on peut m'autoriser l'accès au Royaume.

Radamanth, exaspéré par la tournure que prenait cette simple formalité martiale, remit convenablement son ample vêtement. Depuis tout jeune, il avait joué sur cette lueur que propageait le soleil comme d'une arme envers ceux qui l'importunaient, et se fascinait pour cette lumière qui jouait en sa faveur depuis qu'il avait apposé sur son habit l'armure partielle. Certains pensaient qu'il pouvaient maîtriser le feu et le Soleil, et les commérges allaient bon train. C'était de tout cela qu'il puisait sa force, n'ayant pourtant aucun pouvoir magique surnaturel.. Les rumeurs et l'esbroufe suffisaient bien. Evidemment, il avait suivi un entraînement martial implacable, après des années de service forcé au sein des bagnes, incarcéré plusieurs fois pour des boucheries diverses auxquelles il avait pris part. C'était un homme aussi versatile que le Soleil contre la Lune que Radamanth. Sous son apparence glacial et contrôlée, il y avait bien un feu qui ne rêvait que de massacre. Heureusement que cela ne se manifestait jamais trop, sans quoi Hélios, son sabre -offert par ses géniteurs bourgeois soucieux de leur image- aurait la teinte carmin du sang que l'on fait trop couler.

Radamanth, après un regard faussement accablé sur la foule qui lui prêtait déjà une puissance phénoménale et un art de combattre divin, continua d'avancer, sachant parfaitement où étaient ses limites. S'ils savaient, calomnieurs.. qu'auraient-ils à raconter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corlak



Féminin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Mer 12 Nov - 0:27

Corlak avait assisté à la scène du haut du chemin de ronde. Indigné par le meurtre d'un de ses camarades, outré par la lâcheté de ceux qui avaient ouvert les portes de la cité à l'assassin, il quitta les remparts avec fureur en dévalant les escaliers. Il ne pouvait laisser un tel crime impuni. Il arriva en bas juste à temps pour apercevoir l'homme au kimono disparaître au coin d'une ruelle. Il s'y engagea à sa suite. Le lieu était parfait pour un duel - discret, à l'abri des regards.

- Holà, voyageur ! le héla-t-il. Où crois-tu t'en aller comme ça ?! Tu es tombé sur des couards tout à l'heure, mais sache que ce n'est pas le cas de tous les gardes d'Aderoïc. Je vais te combattre pour la fierté de l'Empire, et lorsque tu connaîtras le froid glacial de nos geôles, tu ravaleras ton arrogance. Maintenant, mets-toi en garde et paie pour la vie de mon camarade !

Corlak dégaina son épée à deux mains, prit une profonde inspiration. Il servait l'Empire depuis suffisamment longtemps pour avoir déjà vu le sang couler à maintes reprises. Frisant la trentaine, il atteignait son apogée; encore jeune, mais déjà fort de dix années de carrière.

Il jaugea rapidement son adversaire en face de lui. Celui-ci arborait des traits fins mais sévères, soulignés par la richesse des ornements de son kimono, sous lequel était dissimulée une fine musculature. Le garde avait été un peu plus tôt témoin de la vivacité de son adversaire. La poignée usée de son sabre, qui dépassait de son dos, témoignait d'une pratique du combat régulière. Sans doute un valeureux guerrier. Pourtant quelque chose chez lui mettait Corlak mal à l'aise, sans doute son regard froid et calculateur, dur comme la pierre.

Le garde souffla longuement puis chargea. Le combat s'annonçait... intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanth Cliff

avatar

Masculin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/11/2008

Feuille de personnage
Alignement: Chaotique mauvais
Race: Humaine
Âge: 25

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Jeu 13 Nov - 0:04

Alors qu'on le héla ainsi qu'il atteignait l'embouchure entre une rue commerçante et une petite venelle plus discrète qu'il envisageait d'emprunter, Radamanth haussa un sourcil. C'était bien la première fois que l'on osait l'apostropher de la sorte, et le jeune éphèbe ne doutait pas de la nature de cette demande, qui risquait de tourner à un léger vinaigre épicé dans les minutes qui suivaient. Ses prévisions ne le trompèrent pas, et ce fut bien un de ces soldats arrogants et bourrés de fierté qui le fit se retourner tranquillement, le regard frigide, plus hyalin qu'hiver.
Il pérora un instant, faisant valser son poing et revendiquant les valeurs que l'Empire honorait.. Mais quel honneur y-avait-t-il à arrêter un homme de sa stature, habitué des goëles et autres prisons plus prestigieuses de cet Empire miteux. D'ailleurs, le crime de tout à l'heure courait sur toutes les lèvres, personne n'avait cependant relevé le nom de l'assassin, personne n'avait cherché à savoir plus loin que des ragots sûrs et sans dangers.. Si l'autre garde était mort, c'était de la faute de cette masse agglutinait qui se dévorait les prunelles à la vue du sang qui coulait le long des pavés, mais qui n'avait pas levé le petit doigt pour porter secours à ce représentant malmené de la loi.
Si ça, c'était la loi..
Oh, le spadassin avait une épée à deux mains. Ce genre de bout de ferraille lourd et peu maniable qui devait faire fureur quelques siècles de là.. Ou alors Radamanth avait vécu dans la technologie et la priorité de la souplesse et de la rapidité sur la force, peut-être. Qu'importait..
Le soleil revenait de son masque ouaté ; un allié venait arbitrer le combat, c'était parfait.. Sun, comme il aimait à se pseudonymer, sentait déjà cliqueter les quelques plaques d'armées rattachées à son ample kimono qui, malgré les apparences, dissimulait bien des petites armes..
Jetant un regard indifférent par-dessus son épaule à l'homme qui commençait déjà à le charger, épée levée et heaume abaissé, Radamanth, d'un ample bruissement de kimono, dégaina harmonieusement son katana, dans une simple position de parade, lam étincelante.
Les rayons du soleil étaient dérobés derrière un parapet trop haut.. Il s'agirait alors d'attirer l'homme de loi dans un endroit plus illuminé que celui-ci, entre pénombre et tourment.
Le premier choc fut violent. Chacun campé sur ses positions, l'homme abattant son épée lourde des deux mains et de toute sa puissance sur la lame fine tenue par Radamanth, celui-ci fléchit les coudes pour absorber le coup ; il ne fallait pas se mentir, l'autre était costaud. Mais il ne pourrait sans doute pas être rapide.. Dans un chuintement, l'éphèbe ramena la garde de son sabre près de son thorax, libérant la main qui tenait le métal froid, main qui plonga dans un repli de son aile de tissu, délogeant de la ceinture quelque petite lame qui vint rejoindre la barrière métallique contre la lame lourde de son adversaire, qui menaçait de le trancher en deux.
Il maintint comme ça sa défense quelques secondes, ne prenant aucune initiative pour attaquer..
Il suffit de fixer, droit dans les yeux, cet inconnu qui osait le défier. Le fixer, lui vriller le regard et lui brûler la rétine de la glace du sien propre, le déstabiliser dans son menos..
Et rompre la garde, puis brusquement, faire un pas de côté, pivotant sur les hanches et les chevilles, pour laisser l'autre être emporté par son élan.


Le combat étant momentanément rompu en sa source, Radamanth en profita pour répliquer, d'une voix posée contrastant avec son regard onix et dur, la voix teintée et graveleuse :


- La vie de ton camarade, qui l'a vraiment sacrifiée, honnête soldat ? Regarde autour de toi. Les passants, derrière leur mur d'indifférence.. S'ils voyaient tes entrailles se répandre au sol, que feraient-ils ? Ils détourneront simplement le regard, tu seras le sacrifice de leur tranquillité et le spectacle de leur quotidien.. C'était un cadeau que je faisais à ton collègue de l'avoir arraché à cette gangue-société.. D'ailleurs, ça se voyait sur ses traits, le pauvre homme était à bout de nerfs. Mais peut-être souhaites-tu suivre le même sort, aboutir au même destin ?


Une suite de mots abstraits et abscons, voilà qui suffirait sûrement à refreiner la hargne du soldat, son adversaire du jour.

- Autrement, as-tu une femme et des enfants, camarade ? Ils doivent s'inquiéter pour toi, de te savoir courir au devant du danger tête baissée..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari-hitokage

avatar

Masculin Nombre de messages : 11
Age : 22
Localisation : Dans la cité entre deux femmes, une chope de bière et un livre
Emploi : Hunter
Loisirs : le lancé de couteau dans les tavernes
Date d'inscription : 27/10/2008

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: humain
Âge: 18

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Jeu 13 Nov - 22:55

Hikari-Hitokage revenait d’Arenyon.
Il repensait pour la énième fois à Célèste la magnifique femme qu’il avait rencontrée dans l’auberge.
Il se demandait pourquoi il était partit sans lui dire au revoir.
Car il espérait que ce n’était qu’un au revoir.

Alors qu’il pensait à elle, Hikari arriva pour la deuxième fois devant les portes de la ville.
Il se demanda si le soldat lui poserait des questions alors qu’il avait déjà répondu.
Il jeta un coup d’œil sur les gardes et vit qu’ils couraient dans tout les sens.
Un homme se tenait face au garde qui l’avait interrogé.
Il vit le soldat s’écroulé sur le sol.

Hikari regarda l’inconnu disparaitre.
Enfin un peu d’action.
Il s’approcha d’un soldat et demanda :
« Vous partez pas le chercher ?
-Un crime sur un soldat est un crime contre l’Empereur.
Tout homme avec son crâne sera récompensé.
Nous on va si mettre»


Hikari partit dans la direction de l’homme.
Un peu d’argent ne lui ferait pas de mal.
Il courut devant plusieurs ruelles avant d’entendre un bruit de lame.
Il s’arrêta et vit un homme de dos, face à lui, l’assassin en kimono.
Il se dit que passer tout droit pourrait gêner l’adversaire du tueur ;
Il fit grimpa le toit d’une des maisons qui constituait l’étroite rue ;

« Si je me mets derrière lui, il ne pourra pas s’échapper, je partage l’or avec celui qui ressemble à un soldat et je retrouve Célèste. »

Citation :
« -La vie de ton camarade, qui l'a vraiment sacrifiée, honnête soldat ? [...]
C'était un cadeau que je faisais à ton collègue de l'avoir arraché à cette gangue-société[...) »

« - Autrement, as-tu une femme et des enfants, camarade ? Ils doivent s'inquiéter pour toi, de te savoir courir au devant du danger tête baissée… »

Hikari ne put en entendre plus.

"Et toi!
qui es tu pour prendre la vie sans raison?
Es tu un dieu ou un divin??"


il se leva et sauta du toit pour attérir derrière lui.
il prit ses deux petits Katanas et les dressas vers l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hikari-hitokage.skyrock.com/
Corlak



Féminin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Dim 16 Nov - 14:01

Corlak fut totalement médusé par le discours de l'homme. Comment pouvait-il affirmer de telles choses si ordinairement, sans l'ombre d'un remord ?

- Il ne t'appartient pas de juger qui doit vivre ou mourir. Ce garde que tu as tué avait encore de nombreuses années devant lui ! Tu as brisé ses rêves et ses projets, tu as plongé toute une famille dans le deuil.

Le soldat n'avait pas baissé sa garde. Il se tenait face à son adversaire, et l'observait d'un oeil méfiant, à l'affût du moindre mouvement. Il ne devait pas se laisser déstabiliser par leur petite discussion. Il fallait qu'il reste concentré.

C'est alors qu'il vit un homme sauter d'un toit et atterrir lestement derrière l'assassin en kimono. L'inconnu dégaina deux katanas et apostropha le meurtrier.

Allons bon ! pensa Corlak. D'où il sort celui-là ?

Toutefois, le nouvel arrivant semblait lui aussi vouloir neutraliser l'homme au kimono. Tant mieux. Il n'avait plus d'issue, il devrait se rendre ou mourir. De plus, une patrouille de gardes allait sûrement arriver d'une minute à l'autre...
Toutefois, le soldat préférait tout de même qu'il n'y ait pas d'effusion de sang, et il tenta une dernière fois :

- Tu n'es pas de taille, étranger ! Pose ton arme à terre et rends-toi, ou tu devras rejoindre l'homme que tu as tué.

Corlak, toujours en garde, guetta la réaction de l'assassin ; c'était sa dernière chance. S'il refusait de se soumettre, il devrait passer à l'attaque et l'éliminer de sa lame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radamanth Cliff

avatar

Masculin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/11/2008

Feuille de personnage
Alignement: Chaotique mauvais
Race: Humaine
Âge: 25

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Dim 16 Nov - 15:50

Leurs réponses étaient tellement.. niaises ? Non, prévisibles. Mais de leur point de vue, ils avaient raison. Seulement, Radamanth, l'idéaliste opportuniste, ne partageait en rien leur opinion et ne put s'empêcher de ciller d'impatience, malgré sa froideur externe.
D'ailleurs, cet homme derrière lui qui avait cru bon se de rallier à l'Ordre -malgré qu'il ne semblât pas honnête - l'exaspérait au plus haut point. Comment pouvait-on seulement songer à le stopper ? La noblesse était inscrite dans ses veines, dans son allure ; et on ne touche pas aux nobles. Encore moins lorsque ceux-ci savaient se battre. En son for intérieur, Radamanth savait que, même s'il parvenait avec beaucoup d'efforts à se défaire de ses deux adversaires, la garde avait sûrement été alertée et arriverait dans la minute, le trouvant en plein carnage. C'était à éviter, d'un parce que ça faisait des tâches sur son kimono, mais ensuite parce que se rendre maintenant coûterait moins cher en pot-de-vin pour sortir de prison.
Haussant les épaules, son regard indifférent toujours planté dans celui du soldat qui avait réitéré sa demande de rédemption, Radamanth, conscient que l'homme derrière lui n'attendait qu'une boucherie, mit la main à son arme de flanc, et d'un geste vague, déboucla la ceinture qui retenait le fourreau contre son côté. Puis, il dégaina son katana visiblement, et le posa délicatement à terre. Enfin, l'éphèbe mit à côté le fourreau, et répliqua :


- Ils ont une grande valeur, j'attends de vous que vous ne les abîmiez pas ; Je tiens à les revoir dans le même état.

Cette perte de temps commençait à l'agacer, lui qui n'avait pas l'habitude d'être dérangé dans ces faits et gestes par ces petits hommes de loi. Bien qu'il se sut être vulnérable et loin d'être invincible, son orgueil était froissé.
Radamanth pivota, afin de voir celui qui le menaçait de dos.


- Si c'est de l'argent que tu veux, toi, je peux t'en donner. Indique ton prix.


Puis il reposa le regard vers le soldat, et dit d'un ton claquant :

- Maintenant quoi ? Tu vas me mettre aux fers, me faire pendre publiquement ? Ou bien me traîner devant l'Empereur pour mon crime ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari-hitokage

avatar

Masculin Nombre de messages : 11
Age : 22
Localisation : Dans la cité entre deux femmes, une chope de bière et un livre
Emploi : Hunter
Loisirs : le lancé de couteau dans les tavernes
Date d'inscription : 27/10/2008

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: humain
Âge: 18

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Dim 16 Nov - 21:57

Hikari écouta le criminel parler.
Puis quand il comprit que l’homme allait abandonner, il regarda son arme puis celle de l’adversaire.
Jamais il ne céderait ses armes pour fuir.

« Cinquante pièces d’or donc de quoi se loger pour un mois avec nourriture comprise.
Mais par contre reprend ton arme.
C’est ce qui nous différencie tous des simples soldats ou d’un ivrogne.
Un si beau katana peut être la fierté de son porteur mais aux mains d’étranger, il devient une simple arme ou un petit pactole. »


Il remit ses deux katanas dans son dos.
Puis il fit signe au soldat :

« Inutile de lutter, tu n’a surement pas le niveau et moi non plus.
A deux on pourrait l’avoir mais finalement j’ai ce que je veux. »


Il croisa les bras et attendit leurs réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hikari-hitokage.skyrock.com/
Corlak



Féminin Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Mar 18 Nov - 21:14

Corlak fut soulagé de voir que l'assassin se montrait raisonnable. Il s'avança prudemment, son épée pointée vers lui, puis lui fit signe de reculer de quelques pas. Enfin, il se baissa et ramassa l'arme qui avait si efficacement ôté la vie du garde quelques instants plus tôt.

Il s'agissait d'un magnifique katana de facture peu ordinaire : Corlak fut surpris de son immense légèreté, mais il n'avait pas le temps d'étudier l'arme. Une lame dans chaque main, il regarda l'homme au kimono et déclara :

- Je vais te conduire jusqu'aux cachots, en attendant ton procès. Avec un peu de chance et si tu te comportes bien, l'Empereur fera preuve de générosité et tu pourras échapper à la peine de mort.

Corlak jaugea le guerrier qui le faisait face. Il n'échapperait sans doute pas à la sentence capitale. Il y avait des témoins, et tous ceux qui avaient assisté à la scène avaient parfaitement compris que le meurtrier avait agi sans hésitation : de plus, celui-ci ne semblait pas éprouver énormément de remords... Il était convaincu qu'il avait bien agi !

Le Garde pointa son épée vers l'assassin, et fit décrire un petit mouvement circulaire au katana qu'il tenait en main gauche, afin d'indiquer la direction à suivre.

- Après toi, lâcha-t-il à l'élégant combattant.

Ils avancèrent sur quelques mètres, dépassant le guerrier aux deux katanas : à peine étaient-ils sortis de la ruelle qu'ils se retrouvèrent nez-à-nez avez une patrouille de Gardes tout essoufflés, menée par le général Bométhrion.

Corlak s'inclina respectueusement devant son supérieur, et lui fit un bilan des récents événements. Finalement, il remit le magnifique katana aux mains d'un garde et laissa l'assassin à la charge de Bométhrion.

- Eh bien, mon cher, nous allons donc vous accompagner jusqu'à vos nouveaux quartiers... souterrains, déclara le général. Merci bien Corlak, je pense que tu peux patrouiller sur les remparts.

Le général s'approcha du garde et lui donna une tape sur l'épaule tout en lui faisant un clin d'oeil.

- C'était du bon travail, Corlak. Nous en reparlerons.



Le garde se sentit sincèrement flatté. Il jeta un dernier coup d'oeil à l'assassin encadré de quatre gardes costauds : elle ne risquait pas de fausser compagnie à la patrouille, surtout que celle-ci était dirigée par le légendaire Bométhrion !

Satisfait, il rengaina son épée et s'apprêta à rejoindre le chemin de ronde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari-hitokage

avatar

Masculin Nombre de messages : 11
Age : 22
Localisation : Dans la cité entre deux femmes, une chope de bière et un livre
Emploi : Hunter
Loisirs : le lancé de couteau dans les tavernes
Date d'inscription : 27/10/2008

Feuille de personnage
Alignement: Bon
Race: humain
Âge: 18

MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   Mer 19 Nov - 14:51

Hikari regarda Corlak.
Il ne comprenait pas les raisons qui poussait un soldat à devenir un chien de l'armée.
Corlak et son prisonnier le dépassèrent.
Hikari en profita pour glisser rapidemment sa main près du kimono de l'assassin et prit discrètement sa bourse.
Il lui murmura:

"Bonne chance pour t'évader..."

Puis il partit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hikari-hitokage.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Radamanth Cliff   

Revenir en haut Aller en bas
 
Radamanth Cliff
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aeon Cliff et ses relations
» BORN TO DIE. (cliff)
» Cliff Ronning LW 35 1850000 2 29 74 78 81 77 75 63 84 88 86 79 88 70 77 71 78
» [F] ? ALICIA VIKANDER - I don't hate you, but if you put 'about to jump of a cliff' as your Facebook status, I'd poke you.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire d'Aderigan :: La cité d'Aderoïc :: Les portes de la Cité :: Présentation-
Sauter vers: