L'Empire d'Aderigan

En Aderigan, chaque homme est libre... Au détriment des autres.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Recueilli

Aller en bas 
AuteurMessage
Drako
Cruel Assassin
avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Localisation : Se promenant en solitaire dans l'Empire.
Emploi : Voleur Assassin
Loisirs : Lire la peur dans les yeux de ses victimes.
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
Alignement: Chaotique
Race: Humain
Âge: Vingt-trois ans

MessageSujet: Recueilli   Mar 4 Sep - 21:06

Drako marchait depuis à présent six heures. Une longue traînée sanglante s'étirait derrière lui au fur et à mesure de ses pas. Il redoutait le moment où l'aube se lèverait, accompagnant le réveil des félins. Certes, il apercevait déjà au loin la silhouette du Village de Narvaak, mais s'il ne l'atteignait pas avant l'aube, ce serait pour lui la fin. Le Voleur accéléra le pas. La Caverne était déjà très loin. Au nord, il pouvait voir les Montagnes d'Haetern, qui se dressaient fièrement et s'élevaient vers les cieux.

La soif le gagnant, Drako sortit une pièce d'argent de sa bourse et la plaça sur sa langue afin de générer de la salive. Il n'avait ni à boire, ni à manger, et ne pouvait à présent plus compter que sur l'hospitalité des habitants de Narvaak.

Dans le ciel, les étoiles commençèrent à disparaître, et le ciel prit une teinte bleutée. L'inquiétude gagna l'Assassin, qui se mit à courir, son coeur battant à tout rompre. Les minutes passèrent, mais Drako ne ralentit pas. Le soleil levant ne présageait rien de bon. Soudain, un rugissement retentit au loin, derrière lui. Il n'osa pas se retourner, et accéléra encore.

Pourquoi diable me suis-je aventuré dans ces Plaines mille fois maudites ?! se demanda-t-il, furieux après lui-même.

Le Voleur sentait que sa fin approchait. Il avait faim, il était assoiffé, il était fatigué... Chacun de ses pas ravivait sa douleur. Il ne savait même pas comment il arrivait encore à courir dans cet état-là. Il risqua un coup d'oeil en arrière. Ce qu'il découvrit le fit désespérer: sept félins le poursuivaient. Ils étaient encore loin, mais leur vitesse était bien supérieur à la sienne. Comme pour se donner du courage, il hurla:

VOUS NE M'AUREZ PAS, MAUDITS FÉLINS ! JE VOUS SURVIVRAI !

Le village n'était plus qu'à cent mètres, quand soudain, sa vue se brouilla, et ses forces le quittèrent. Il sombra dans le coma.

_________________
" Ta vie est mienne, ta bourse aussi. "
" Mon art est avant tout celui de la survie, et n'admet pas les mots 'honneur' et 'lâcheté'. "


Tels sont les maîtres-mots du Voleur Assassin.


Dernière édition par le Ven 14 Sep - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-aderigan.forums-actifs.net
Drako
Cruel Assassin
avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Localisation : Se promenant en solitaire dans l'Empire.
Emploi : Voleur Assassin
Loisirs : Lire la peur dans les yeux de ses victimes.
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
Alignement: Chaotique
Race: Humain
Âge: Vingt-trois ans

MessageSujet: Re: Recueilli   Mer 5 Sep - 15:34

Drako gémit, se retourna, puis ouvrit les yeux avec difficulté.

Regardez, il se réveille ! chuchota quelqu'un.

Drako se redressa. Il ne sentait presque plus sa côte cassée, et la peau de son épaule avait été recousue. Il n'en souffrait presque plus et ne sentait qu'un léger tiraillement, mais sa tête le lançait, et ses oreilles bourdonnaient.

Il regarda autour de lui. Il avait été couché dans une petite chambre. Les murs semblaient être en torchis. Deux personnes, assises à son chevet, ouvraient de grands yeux.

Où suis-je ? demanda le Voleur.

Vous vous trouvez dans le modeste village de Narvaak. Je vous veille depuis deux semaines. Grâce à Anathor, vous avez survécu ! lui dit l'un des deux hommes, qui portait une longue robe d'un blanc éclatant.

Ah, un Prêtre d'Anathor. J'ai eu de la chance... Sans lui, je serais mort.

Drako sourit au Prêtre. Pour la première fois de sa vie, il éprouvait de la reconnaissance.

Mon nom est Drako. Je vous dois la vie, et je vous suis reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour moi.

Ce n'est rien, mon enfant. C'est à Anathor que vous devez votre survie. Je ne suis que son serviteur, Vardis.

Eh bien, merci à Anathor. Mais dites-moi, que s'est-il passé ? Je me souviens... J'étais poursuivi par sept félins, quand je me suis évanoui.


Le deuxième homme, qui était certainement le fermier propriétaire de cette maison, prit la parole:

J'étais en fait de garde à l'entrée du village, avec cinq autres hommes, et quand nous vous avons vu, poursuivi par les félins, nous avons couru à votre rescousse. Nous en avons tué trois, et les autres se sont enfuis. Nous vous avons ensuite installé ici, dans ma ferme, et avons fait appel au Prêtre Vardis, pour s'occuper de vos blessures.

Drako hocha la tête puis dit:

Je vous remercie infiniment pour toute cette aide, mes amis, mais je dois reprendre la route. Des affaires m'appellent dans... Euh, les Montagnes d'Haetern, mentit-il. En réalité, sa destination était Arenyon. Dans une telle ville, il n'aurait aucun mal à exercer ses occupations.

Vous ne pouvez pas repartir tout de suite, mon ami. Vos blessures ne sont pas tout à fait guéries, et vous ne survivrez pas à ce périple dans de telles conditions.

Écoutez, je ne peux me permettre de rester ici. Ces deux semaines m'ont déjà fait prendre du retard. Je dois partir au plus vite.


Drako bondit hors de son lit et se rendit compte qu'on l'avait déshabillé. Il récupéra puis enfila ses vêtements, qui étaient pliés au pied de son lit. Ils avaient été recousus.

Puisque vous refusez de rester, acceptez au moins de l'eau et de la nourriture, dit le fermier en sortant de la chambre et en se dirigeant vers une autre pièce qui devait être la cuisine. Suivez-moi !

Drako s'exécuta, imité par Vardis. Le fermier fouilla un instant dans un garde-manger, avant de tendre au Voleur une outre d'eau et de la viande séchée.

Merci, mon ami. Je ne vous oublierai pas.

Il allait définitivement quitter la maison lorsqu'il se ravisa: il se retourna, retira sa botte droite, puis tira sur le talon qui se décrocha. Il choisit deux rubis dans sa petite cachette, et tendit le premier au Prêtre.

Voici, Vardis, pour tous les soins que vous m'avez administré, et pour la bonté dont vous avez fait preuve.

Il se tourna vers le fermier et lui tendit le deuxième rubis.

Voici, mon ami, pour le courage, la gentillesse, et l'hospitalité dont vous avez témoigné.

Puis, avant que les deux hommes n'aient pu le remercier, il ferma la porte de la ferme derrière lui et reprit la route en silence, sans un regard en arrière.

_________________
" Ta vie est mienne, ta bourse aussi. "
" Mon art est avant tout celui de la survie, et n'admet pas les mots 'honneur' et 'lâcheté'. "


Tels sont les maîtres-mots du Voleur Assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empire-aderigan.forums-actifs.net
 
Recueilli
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire d'Aderigan :: Plaines d'Ascaroth :: Le village de Narvaak-
Sauter vers: